Ξ  

 

 Sobre a Deficiência Visual

Matériel de pré-braille pour enfants basé sur l’histoire de «Blanche-Neige et les 7 Nains»

Christine Henault
 

 

  1. Exercices de pré-braille
  2. Guide pour Parents et Enseignants
    Introduction  |  Guide d’exercices
  3. Blanche Neige et les 7 nains

 

I  Exercices de pré-braille

La Lecture et l'écriture du braille requièrent, outre des aptitudes de motricité fine, de repérages tactile et auditif et de mémorisation, la connaissances de notions préalables :
 

Concepts et modèles:

  • un peu / beaucoup / pas du tout
  • plus / moins
  • les paires
  • zéro / tous
  • comptage jusqu’à dix
  • premier/deuxième/troisième...dernier


Idées:

  • jouer avec des objets dans une boîte à 6 emplacements disposés en matrice braille (ex : boite à œufs), prendre un ou deux objets, guider la main de l’enfant pour lui apprendre comment utiliser une main comme guide et l’autre pour saisir l’objet, pour l'aider à imiter des modèles ultérieurement.
  • trouver des jeux à base de plateaux troués et de rangées de pions (« Coloredo », allumettes plantées dans le polystyrène…) pour débuter dans les associations. jeu libre, puis imitation de modèles de pions rangés dans un certain ordre
  • enfiler des colliers de perles avec rythmes à imiter
  • réaliser des rangées de bande velcro avec des formes dont il faut répéter l’ordre

De gauche à droite, de droite à gauche:
  • Jouer à faire des rangées de pions en plantant les pions sur un tableau à trous de gauche à droite. 
  • Faire rouler une voiture ou un jouet de gauche à droite avec une ou plusieurs mains. 
  • Jouer à suivre une baguette en bois ; une bande de papier de verre, une ligne de colle et une ligne de braille (avec ou sans espace).
  • Coller des objets sur une bande et demander à l’enfant de passer de gauche à droite pour découvrir chaque objet.
  • Mettre les objets sur une boîte à 12 emplacements et demander à l’enfant d’identifier les objets en passant de droite à gauche sur chaque rangée.


S'exercer à suivre une ligne braille:

  • Suivre de gauche à droite les caractères qui se suivent sans espace
  • Suivre de droite à gauche les caractères qui se suivent sans espace
  • Suivre de gauche à droite les caractères qui se suivent avec un ou deux espaces
  • Suivre de droite à gauche les caractères qui se suivent avec un ou deux espaces
  • Suivre de haut en bas les caractères qui se suivent sans espace


Du concret à l'abstrait 

Le braille est un système de représentation symbolique d’objets et de situations, comme l’écriture pour le lecteur voyant.

  • décrire ce que l’enfant fait quand il joue avec un jouet : «tu es en train de cogner les cubes». Commenter aussi tout haut ce que l'on est en train de faire
  • utiliser un objet comme aide mémoire ou préparer l’activité à venir en glissant un objet ayant trait à celle-ci (ex. : la clé de voiture = c’est l’heure de partir). Ensuite utiliser le même objet pour parler de situation passée ou future. De cette façon, cela devient symbolique
  • fabriquer un livre avec des objets symboliques pour raconter une histoire, utiliser un dessin en relief pour représenter l’objet ainsi que le mot en braille sur une étiquette à côté. Ainsi, l’enfant pourra faire le lien entre l’objet réel et le mot en braille. Les enfants voyants procèdent de la même façon avec les images comme représentations symboliques
  • associer des objets réels avec d’autres objets qui vont ensemble, ou les associer avec leur représentation en relief.


Le braille dans la vie quotidienne

  • suggérer à l’enfant à gribouiller avec un poinçon ou une règlette. Les feuilles plastiques des emballages une fois lavées peuvent être utilisées pour servir de support à l’écriture
  • partager avec l’enfant ce que l'on écrit : liste des courses, carte postale, prise de notes … pour faire comprendre le rôle de l'écrit
  • laisser des petits mots sous son oreiller ou dans son sac à goûter avec la traduction en noir de façon à ce que n’importe qui puisse les lui lire
  • à chaque occasion, prendre la main de l’enfant pour qu’il expérimente le braille dans les lieux variés : panneaux, ascenseurs, menus braille. Les enfants voyants ont vu des imprimés depuis leur plus jeune âge, il faut donc dans la mesure du possible permettre aux enfants non-voyants d’être dans la même situation. Un étiqueteur braille avec de la bande Dymo permet d'étiqueter les objets familiers de l’enfant et les différents endroits de la maison, même si l'on ne sait pas lire le braille.


S'initier à l'écrit


Il n'existe que très peu de livres adaptés pour les enfants qui ne sont pas encore lecteurs, il n'y a pas d'autres solutions que de les fabriquer soi-même. L'enfant pourra différencier les livres par leur taille, leurs poids, leur épaisseur, et l'image tactile de la couverture. Il apprendra à manipuler un livre correctement:

  • le tenir et l'ouvrir dans le bon sens
  • tourner les pages une à une
  • découvrir la page en allant de gauche à droite et de haut en bas
  • reconnaître la signification des symboles présentés

L'idéal est de fabriquer des livres qui soient également attractifs pour les frères et soeurs, les copains et les copines, c'est plus valorisant.

Le texte doit être présent à la fois en noir et en braille et, même si l'on ne sait pas lire le braille, on peut quand même montrer l'exemple en suivant des doigts le texte en braille quand on raconte l'histoire, question de logique pour l'enfant !


Quelques idées directrices :

  • ranger les livres tactiles, les vêtements, les livres sonores à la disposition de l’enfant sur des étagères à sa portée pour qu’il puisse les trouver lui-même.
  • aller écouter dans les bibliothèques des conteurs pour écouter des histoires riches et bien dites.
  • tourner les pages en même temps que l’enfant. Le pousser à le faire en insérant des surprises à trouver entre les pages.
  • adapter les livres imprimés en y ajoutant du braille au-dessus et en-dessous des lignes
  • donner du sens aux livres en collant ou scotchant un objet rappelant l’histoire sur la page de garde


Formes et textures

Il est possible de fabriquer des livres contenant les formes de base associées aux différentes textures : cercles doux, carrés rugueux, ovale lisse, etc... ou associer des formes collées à leur équivalent en 2 dimensions: un cube et un carré, une boule et un cercle, etc...

En récupérant des échantillons de matière chez soi, dans les magasins de tissus ou de bricolage, on peut fabriquer un "dictionnaire des matières" qui permet de mettre un nom sur les textures (laine, jean, velours, soie, etc...) et les commenter avec l'enfant.


Livres d'histoires

Les livres d'histoires peuvent être illustrés par des images en relief, pour lesquelles iI est intéressant de sélectionner des matériaux en rapport avec ce qu'ils représentent: de la peluche pour l'ours, des plumes pour les oiseaux, des bouts de branches pour les arbres .... En revanche, du coton pour les nuages, par exemple, est un critère purement visuel qui sera très difficile à faire comprendre à l'enfant.
Les contours des dessins seront plus facilement perceptibles si l'on fait attention à mettre côte à côte des matières très différentes au toucher. Attention, certaines matières qui paraissent différentes se ressemblent beaucoup une fois collées. Pour être compréhensibles, les dessins doivent êtres très simplifiés et surtout faire ressortir les caractères principaux de ce que l'on veut représenter. Un scénario construit sera mieux compris si l'on retrouve au fil des pages un même élément de façon récurente.

Préventivement, garder systématiquement toutes les matières qui sortent de l'ordinaire (morceaux de vêtements usés, cartons d'emballages, papiers cadeaux, bullpack, mousses de calage, etc...) pour une éventuelle utilisation future.


Livres / boîtes à histoires

On peut aussi avoir en annexe au livre une boîte à objets qui illustrent l'histoire : miniatures, boîtes à bruits, diffuseurs de parfums... et écrire des histoires en rapport avec différents moments de la vie de l'enfant comme la prise du bain, la visite chez les grand-parents, le restaurant...


Albums souvenirs

Pour remplacer les albums photos, on peut aussi coller des petits objets souvenir.
Ex: l'album des 1ères années d'enfance peut contenir un bout de tissus d'un vêtement de maman que l'enfant aimait toucher, un bouton qu'il tripotait, son doudou et/ou sa tétine, un élément de son jouet préféré, un enregistrement cd ou k7 de ses premiers mots et des voix des gens qui l'entouraient, ses chansons préférées, un petit vêtement, etc...

Si l'on souhaite faire un album-souvenir de vacances, il faut bien sûr penser durant les vacances à glâner tout ce qui pourra y figurer : sable, coquillages, cailloux, plumes, fleurs séchées, etc...


 

II  GUIDE POUR PARENTS ET ENSEIGNANTS

 

1 - INTRODUCTION

«Se préparer à la lecture» est un matériel tactile conçu non seulement pour développer les compétences nécessaires au travail de lecture du braille mais aussi pour placer les jeunes enfants sur le chemin de l’exploration constructive, de l’interprétation et de la compréhension des dessins tactiles.

Basé sur le conte de fée toujours très apprécié de «Blanche-Neige et les 7 nains», l’ensemble comprend plus de 80 exercices, qui font le plus souvent appel à des tâches similaires à celles qui permettent de lire le braille ; ils sont regroupés dans des livrets, chacun d’eux étant basé sur une compétence spécifique. Une version de l’histoire de Blanche-Neige est incluse, indiquant à quel moment utiliser certains des exercices de pré-braille, ainsi qu’une version très simplifiée de l’histoire, avec sur chaque page une grande image tactile et une phrase en braille qui permet à l’enfant de «lire» l’histoire en se repérant aux images, exactement comme le ferait un enfant voyant.

Tous les enfants ont besoin d’acquérir des compétences de pré-lecture, pour commencer à développer des concepts relatifs à la lecture et à l’écriture. L’initiation à la lecture/écriture pour les enfants déficients visuels ressemble beaucoup à celle des enfants voyants. Les activités englobent le développement du langage, la lecture d’images, l’écoute d’histoires, la compréhension du vocabulaire, la perception (tactile) visuelle, la perception auditive, le traçage et le gribouillage. Pour les enfants qui se destinent au braille, l’usage du toucher pour la perception et la discrimination doit être constamment encouragé.

Contrairement aux enfants voyants, les enfants déficients visuels ont peu l’opportunité d’apprendre incidemment, et leurs parents sont souvent désemparés pour les aider. Les enfants voyants sont conscients des mots écrits bien longtemps avant qu’ils ne soient capables de les lire. Ils observent des adultes lire avec plaisir des journaux et des livres et sont ainsi motivés pour apprendre à leur tour. Les enfants aveugles, de leur côté, ne bénéficient pas du même type d’exposition précoce au braille. En fait, il n’est pas étonnant qu’un enfant aveugle qui s’empare d’un livre imprimé et qui l’examine ne montre pas un grand intérêt la prochaine fois qu’il en rencontre un: la plupart des livres imprimés ont très peu voire pas du tout d’intérêt tactile!

Les enfants ont besoin qu’on leur montre comment fonctionnent les livres: un livre doit être tenu dans le bon sens, en commençant par la couverture, les pages se tournent une à une, les mots et les images racontent une histoire, lire en français se fait de gauche à droite, de haut en bas, etc.…

Les enfants qui apprennent par le toucher ne doivent pas être exclus de ces premières expériences, et doivent développer des concepts identiques ou équivalents par des moyens tactiles.

Les compétences de pré-braille, comme le suivi, la distinction d’une ligne, la discrimination d’une texture, la mise en correspondance d’éléments, le toucher léger et la coordination des deux mains, sont une préparation vitale à l’apprentissage de la lecture. Les compétences mécaniques propres à la lecture du braille doivent être bien développées avant de s’attacher au décodage de lettres, de mots ou de phrases en braille.

Ce matériel a pour but de développer beaucoup de ces compétences d’une façon informelle et agréable. Avec le temps, les lettres, les mots et la lecture sont introduits, les compétences tactiles de lecture sont bien établies, de manière à ce que l’enfant puisse se concentrer à apprendre à lire en braille. Les mauvaises habitudes de lecture peuvent être évitées si l’instruction initiale se concentre sur la bonne façon de lire, plutôt que sur le décodage.

Tandis que vous prendrez plaisir à utiliser ensemble ce matériel, vous aiderez votre enfant à se préparer à lire le braille – une clé pour l’indépendance, les apprentissages et les loisirs.
 

2 - GUIDE D’EXERCICES

  • Cartes de personnages et d’objets
  • Blanche-Neige et les sept Nains (histoire simplifiée)
  • Miroir, mon beau miroir…
  • Suivons le chasseur
  • La journée d’Atchoum
  • Les assemblages de Prof
  • Les bêtises de Simplet
  • Joyeuses blagues
  • Les formules (magiques) de la Reine
  • Les clés de Blanche-Neige
  • Grincheux ferme la porte!»
  • Les ronflements de Dormeur
  • La valse (hésitation) de Timide 


Il est important que vous et votre enfant preniez tous les deux plaisir à utiliser ce matériel et que vous en discutiez ensemble.

  • Décrivez chaque activité à votre enfant
  • Expliquez ce que vous allez faire ensemble
  • Décrivez toujours ce que vous êtes en train de faire
  • Servez-vous de l’histoire de Blanche-Neige pour faire les activités les plus intéressantes
  • Lisez d’autres versions de Blanche-Neige à votre enfant, ainsi que d’autres contes de fée
  • Encouragez votre enfant à faire semblant d’écrire sa propre histoire de Blanche-Neige. Il peut ensuite vous raconter l’histoire en «lisant» ce qu’il a écrit (à ce stade, ne vous attendez pas à des mots ni même à des lettres, juste à des points).

Au début vous aurez besoin de guider physiquement les mains de votre enfant durant les exercices. Vous pouvez demander à votre enfant de placer ses mains au-dessus des vôtres lorsque vous suivez une ligne ou de vous laisser poser doucement vos mains au-dessus des siennes pour le guider. Souvenez-vous qu’il est impossible de recueillir des impressions nettes à travers le toucher si les mains ne sont pas en mouvement ; laissez donc les mains de votre enfant se déplacer lentement le long des lignes ou en explorant les images.


En se servant du matériel de pré-braille avec vous, votre enfant apprendra notamment à:

  • Lire ensemble l’histoire de Blanche-Neige
  • Tenir des livres et tourner des pages
  • Explorer des images tactiles basées sur les personnages de l’histoire de Blanche-Neige
  • Reconnaître différents symboles des objets de l’histoire comme un peigne ou une pomme
  • Différencier des textures comme celles des bonnets des nains
  • Suivre différentes sortes de lignes quand les personnages parcourent différents trajets
  • Suivre différentes directions quand Blanche-Neige ferme la porte de la maisonnette pour tenir à l’écart la méchante Reine
  • Pratiquer la poursuite arrière et apprendre à utiliser les deux mains en les rejoignant dans «miroir, mon beau miroir…»
  • S’entraîner à se servir du toucher léger quand les doigts rencontrent Timide en train de rougir


En plus du matériel de pré-braille, vous pouvez aussi acheter ou fabriquer des jouets et poupées en rapport avec l’histoire pour que votre enfant y joue pendant que vous lisez, ou qu’il s’amuse à mimer les scènes. Rassemblez les objets «réels» de l’histoire: assiette, tasse, couverts, peigne, etc.… ou des miniatures: chaises et lits de poupées, dînette, nourriture en plastique… et jouez des passages de l’histoire. Parlez des objets, de comment on s’en sert, jouez à les assembler ou à les trier…

Vous pouvez également fabriquer ensemble vos propres images, en utilisant divers matériaux comme du papier à bulles, de la fourrure, du plastique, des feuilles de métal, du papier de verre, du velours, de la laine, etc. Au début, choisissez des matières douces et chaudes au toucher. Puis introduisez progressivement de nouvelles textures, fabriquez éventuellement un catalogue des matières et des formes intéressantes. Essayez d’employer des mots variés pour les décrire: doux, rugueux, irrégulier, lisse, dur, mou, craquant, solide, uni, noueux, râpeux, poli, ferme, fragile, chaud, froid, fin, poilu, glabre, collant,…

Classez les textures selon leurs propriétés: doux ou dur, lisse ou rugueux, etc.

Créez votre propre livre tactile, ajoutez-y de simples phrases en braille pour que votre enfant puisse «lire» l’histoire en prenant comme repères les images tactiles. Assurez-vous que votre enfant rencontre du braille dans son environnement: étiquetez les objets de la maison, les paquets de céréales, les cassettes, les CD, etc. Incitez votre enfant à se servir de ces étiquettes pour choisir ce qu’il veut manger ou écouter.

Empruntez à la bibliothèque ou ailleurs des livres en braille et guidez doucement les mains de votre enfant le long des lignes tandis que vous lisez les mots, pour qu’il comprenne que les points racontent l’histoire.

Ajoutez du braille à ses livres préférés et aux cartes d’anniversaire qu’il reçoit ou qu’il envoie.
 

Les activités du matériel de pré-braille apprendront à votre enfant d’autres types de mots:

  • du vocabulaire qui décrit et compare les tailles: petit, moyen, grand, gros, large, étroit, mince, épais, fin, plus petit que, plus grand que, plus gros que, plus large que, plus étroit que, plus mince que, plus épais que, plus fin que.
  • des noms de formes: carré, triangle, rectangle, cercle, rond.
  • des mots qui décrivent les positions: en haut, en bas, au milieu, en descendant, en montant, à gauche, à droite, devant, derrière, dessus, dessous, à l’intérieur et à l’extérieur.
  • des positions de numération: premier, dernier, deuxième, troisième, quatrième, cinquième, sixième et septième.


Prenez le temps de vous assurer que votre enfant a bien compris les mots clés de l’histoire. Certains nécessitent une description mais essayez de fournir à votre enfant au moins une expérience réelle chaque fois que cela est possible. Pour la neige douce et blanche, si vous n’en avez pas sous la main, essayez d’en retirer un peu des bords de votre réfrigérateur. Pour le sang rouge et chaud, prenez du thé chaud ou un liquide similaire, après avoir expliqué ce qu’est le sang et comment l’on saigne en se blessant avec quelque chose d’acéré. Pour l’encadrement de la fenêtre en bois d’ébène noir et lisse, explorez vos propres encadrements de fenêtre et au besoin faites trier à votre enfants dans un plateau des choses qui sont lisses et d’autres pas.

Autant que possible laissez votre enfant explorer des objets réels mentionnés dans l’histoire avant de vous servir de leurs symboles tactiles ; par exemple examinez avec votre enfant une vraie clé, montrez-lui comment on l’introduit dans la serrure et comment on la tourne, avant de travailler sur le livret des «clés de Blanche-Neige».

Les activités sont regroupées dans plusieurs livrets, qui peuvent être utilisés indépendamment ou au fur et à mesure de la lecture de l’histoire. Au préalable, commencez par lire entièrement l’histoire à votre enfant, incitez-le à deviner ce qui va se passer ensuite, avant d’introduire les activités. Parfois les activités d’un livret sont progressives, la dernière étant la plus difficile. Commencez donc par la plus simple, jusqu’à ce que votre enfant la maîtrise bien, avant de poursuivre. Débutez toujours par un exercice que l’enfant réussit facilement, et encouragez-le en lui témoignant beaucoup d’intérêt et en le félicitant souvent.

Parcourez avec votre enfant la couverture de chaque livret, en insistant sur l’image du personnage, le titre du livret en caractères d’imprimerie (les lettres en relief peuvent êtres suivies du doigt) et le nom du personnage en braille (les espaces entre les lettres sont doublés pour faciliter leur identification individuelle). Plus tard, vous pouvez demander à votre enfant de choisir un livret grâce à sa couverture.

Il est important que vous commenciez systématiquement par la couverture, et que vous tourniez ensuite ensemble les pages une à une. Explorez ensemble chaque nouvelle page en déplaçant doucement la main de votre enfant à travers la page du haut vers le bas, tout en lui expliquant ce qui s’y trouve et ce qu’il aura à faire. Efforcez-vous de rendre les activités amusantes et appuyez-vous sur les idées qu’évoque l’histoire à votre enfant pour y ajouter de l’attrait.

Enfin, le matériel comprend une version très simplifiée du conte pour que votre enfant puisse le «lire» seul. Explorez ensemble la couverture, tournez les pages, examinez les images et discutez-en, montrez à votre enfant comment glisser ses doigts sur les caractères braille, comme s’il lisait. Vous pouvez aussi l’inciter à «suivre» l’histoire pendant que vous la lisez. Quand votre enfant se sera familiarisé avec le livre, il appréciera peut-être de le tenir et de raconter sa propre version de «Blanche-neige et les 7 nains».

Vous pouvez aussi acheter ou emprunter une version sonore du conte pour que votre enfant l’écoute tout en «lisant» son livre ; mieux encore, vous pouvez enregistrer ensemble votre propre version, en ajoutant des bruitages et des voix amusantes.

 

Cartes de personnages et d’objets

Sous forme de feuilles A4, elles servent à découvrir les symboles employés dans les exercices. Elle peuvent être laissées telles quelles ou découpées en jeu de cartes.


Cartes d’objets (avoir sous la main une sélection des objets réels)

«Observons ensemble certains des objets de l’histoire de Blanche-Neige. Voici un peigne» (tendre à votre enfant un vrai peigne)

«Regarde les dents du peigne, tu les sens ? A quoi ça sert, un peigne ? Montre-moi comment on fait.»

«Voici l’image du peigne. Regarde les dents. Dans l’histoire, la méchante reine essaie d’empoisonner Blanche-Neige avec un peigne. Tu peux reconnaître le peigne parce qu’il a des dents.»

«Voici un miroir. Sens la surface lisse sur le dessus. A quoi sert un miroir ? Les gens utilisent un miroir pour se regarder dedans et voir à quoi ils ressemblent, comment ils sont habillés… Si on avait un miroir magique qui parle, il te dirait de quoi tu à l’air. Il pourrait dire: tu es… (décrivez votre enfant)»

«Voici l’image du miroir magique. Regarde sa bouche. Dans l’histoire, la méchante Reine a un miroir magique et quand elle se regarde dedans, qu’est-ce qu’il lui dit ? Tu peux reconnaître le miroir magique parce qu’il a une bouche.»


Commentez chaque carte avec votre enfant, en montrant bien la forme, le texte imprimé et le texte en braille de chaque symbole. Amenez votre enfant à parler des objets représentés par les symboles. Par ex.: «A quoi sert une tasse ?». Incitez-le à poser des questions sur les aspects des objets représentés qu’il ne comprend pas. Par ex.: «A quoi sert un miroir ?».

Au début, servez-vous de vrais objets: peigne, fourchette, couteau, assiette, tasse, pomme pain… pour expliquer les symboles. Demandez à votre enfant d’assembler chaque objet avec la carte du symbole qui le représente.

Ces cartes peuvent aussi servir à introduire une aptitude importante: l’orientation. Jouez à un jeu dans lequel l’enfant aligne les cartes, toutes dans le bon sens, le texte imprimé en haut, en-dessous le texte en braille, puis l’image symbolique. Au début il aura besoin d’aide, les cartes devront lui être présentées dans le bon sens, ou avec une gommette collées en haut à gauche pour repérer le bon sens.


Cartes de personnages

«Maintenant, découvrons les personnages de l’histoire de Blanche-Neige. Voici Blanche-Neige. Regarde le ruban dans ses cheveux. On reconnaît Blanche-Neige au ruban dans ses cheveux. Là, il est écrit «Blanche-Neige» en noir, viens, on va tracer les lettres ensemble. Maintenant tu peux me dire ou se trouve le nom écrit en braille ?».

«Voici Atchoum. C’est l’un des 7 nains. Il a un rhume et il éternue sans arrêt. Regarde la forme de son bonnet. Sens sa bouche, elle éclabousse partout parce qu’il éternue, Atchoum! On reconnaît Atchoum à la forme de son bonnet et à sa bouche qui éclabousse.»

Les cartes de personnages peuvent être utilisées pour découvrir les personnages de l’histoire et, en ce qui concerne les nains, pour apprendre à différencier les textures des bonnets, les formes des bouches, ou d’autres éléments du visage qui les caractérisent (les lunettes de Prof, les grandes oreilles de Simplet, les joues bien rasées de Timide).

Les textes imprimés et en braille ne sont pas là pour que votre enfant les lise (les enfants ne sont jamais sensés lire du texte imprimé au toucher). Il y en a sur les cartes et sur les couvertures des livrets pour que vous puissiez en parler avec votre enfant, et prononcer les bons mots pendant que l’enfant les touche en braille.

Vous pouvez inventer beaucoup d’autres jeux en vous servant des cartes pour aider votre enfant à développer l’orientation, la discrimination, et la reconnaissance. Par exemple: «Trouve tel ou tel nain».

 

Miroir, mon beau miroir…

Dans l’histoire, la méchante Reine a un miroir magique qui parle. La méchante Reine demande à son miroir: «miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle de ce royaume ?» Que répond le miroir ?

La première page commence par le miroir magique. 2 lignes-guide forment les bords d’un chemin qui mène vers la droite. A la fin du chemin, le chemin du retour est bordé de 2 lignes en pointillés. Le miroir magique a une bouche. Trouve le miroir. La méchante Reine porte une couronne pointue. Maintenant trouve la méchante reine (au début, placez vos mains doucement sur celles de l’enfant et déplacez-les lentement le long des lignes jusqu’à la fin, puis retournez en arrière en suivant les 2 lignes en pointillés). Faites utiliser à l’enfant ses 2 mains pour suivre le chemin, pendant ce temps, vous pouvez réciter: «miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle de ce royaume. Et le miroir répond: «vous, ma reine, êtes la plus belle».

La deuxième page est identique, mais cette fois c’est Blanche-Neige que l’on trouve à la fin. Ensemble vous pouvez réciter: «miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle de ce royaume. Et le miroir répond: «vous, ma reine, êtes très belle, c’est vrai, mais Blanche-Neige est encore plus belle que vous». les pages 3 et 4 contiennent les mêmes exercices, mais les guides de retour à la ligne ont été supprimés.

Cette partie du livret se termine avec des exercices similaires, mais utilisant des points braille.

 

Suivons le chasseur

Ce livret comprend des exercices conçus pour développer la capacité de poursuite des lignes.

«Dans l’histoire, le chasseur emmène Blanche-Neige au plus profond de la forêt. Le chasseur a une plume sur son chapeau, c’est à ça qu’on le reconnaît sur l’image. Il connaît par cœur tous les chemins de la forêt et ne se perd jamais. Les gens utilisent des cartes pour les aider à trouver leur chemin ; nous, on utilise une carte quand on part en vacances ; ce livret contient certaines des cartes du chasseur.»

Les 7 premiers exercices ont la même structure, le chemin tout droit, le chemin sinueux et le chemin en zigzag de l’histoire de Blanche-Neige. Chaque page présente une sorte de ligne différente, allant du large chemin épais à la fine ligne de points braille. Blanche-Neige emprunte ce chemin jusqu’à la maison des 7 nains.

Sur la première page, montrez à l’enfant chaque chemin individuellement. Puis aidez-le à suivre le premier chemin (tout droit), puis reculez pour trouver le début du chemin sinueux, et ainsi de suite jusqu’à la maisonnette.

«La carte indique le trajet de Blanche-Neige jusqu’à la maison des nains. Trouve Blanche-Neige. Maintenant trouve la maison des nains. Pour suivre cette carte il faut utiliser les 2 mains en même temps» (au début placez vos mains doucement sur celles de votre enfant et glissez lentement le long de la ligne droite jusque la fin, puis reculez, toujours le long de la ligne, pour retourner à Blanche-Neige. Allez lentement au début de la ligne sinueuse et glissez lentement le long de celle-ci jusqu’au bout, puis retournez à nouveau en arrière. Suivez ensuite la ligne en zigzag et allez jusqu’à la maison des nains. Arrêtez-vous là. Incitez votre enfant à faire tout cela en synchronisation avec les citations de Blanche-Neige). «Blanche-Neige courut le long d’un chemin tout droit, puis dans un chemin sinueux, puis dans un chemin en zigzag jusqu’à ce qu’elle arrive à la maisonnette».

A ce stade, il est important de bien vérifier que chaque ligne est suivie correctement. Commentez avec votre enfant les différentes sortes de ligne, un chemin large, un chemin étroit, un chemin en pointillés, etc.

Vers la fin du livret se trouvent 3 parcours plus complexes:

  1. le chasseur parcourant la forêt
  2. le trajet des nains vers la mine
  3. Simplet cherchant sa tasse, qu’il a laissée à la mine

Ces parcours peuvent être suivis dans les 2 directions, à vous d’inventer de courtes histoires pour les mettre en scène.

Le livret se termine sur quelques parcours faits de points braille, pour préparer l’enfant à suivre plus tard de vraies lignes de texte en braille, quand il commencera à lire.

 

La journée d’Atchoum

«Atchoum est l’un des 7 nains. Il est enrhumé et éternue sans cesse. Il a une bouche qui éclabousse parce qu’il éternue. Trouve Atchoum.»

«Au début de la première page se trouve Atchoum. Suis la première ligne jusqu’à ce que tu atteignes un éternuement bruyant.» Incitez votre enfant à crier «Atchoum!» quand il le trouve. Retournez en arrière et recommencez cet exercice sur la page entière.

«Aujourd’hui, Atchoum a éternué 8 fois!» (au début, placez vos mains doucement sur celles de l’enfant et déplacez-vous lentement le long de la ligne jusqu’au bout, puis retournez en arrière et allez à la ligne suivante. Faites bien utiliser à l’enfant ses 2 mains. Quand vous arrivez tous les deux à la fin de chaque ligne vous pouvez lancer ensemble «Atchoum!».

La seconde page est identique, sauf que maintenant les lignes sont de différentes longueurs. Sur la troisième page, une nouvelle compétence est introduite. Chaque ligne comprend 2 éternuements. Quand le 1er éternuement est trouvé la main gauche s’arrête tandis que la main droite continue à suivre la ligne jusqu’au 2ème éternuement, au bout. La main droite recule ensuite pour rejoindre la main gauche et toutes deux retournent en début de ligne et vont trouver le début de la ligne suivante.

Au fur et à mesure que l’enfant va développer sa capacité de poursuite des lignes, la main gauche va commencer à retourner en arrière et à trouver le début de la ligne suivante tandis que la main droite continuera à suivre la ligne initiale jusqu’au bout. Quand la main droite atteindra le bout elle viendra rejoindre la main gauche au début de la ligne suivante.

Des exercices similaires en lignes de points braille complètent le livret.

 

Les assemblages de Prof

Prof est l’un des 7 nains. Il est très intelligent et veille sur les autres nains. Prof porte des lunettes parce qu’il ne voit pas très bien.

Chaque page du livret est divisée en 2 rectangles verticaux. Chaque rectangle contient un exercice.

Ce livret comprend des exercices de discrimination des formes et textures, et permet d’expérimenter la symétrie et la rotation. La structure générale des exercices fournit un entraînement à la poursuite verticale et à l’exploration. En haut de chaque exercice se trouve l’élément à retrouver, tel quel (assiette) ou faisant partie d’un tout (visage entier de Blanche-Neige dont son ruban sur la tête) ; en bas, plusieurs symboles (de 3 au début à 6 par la suite) parmi lesquels celui qu’il faut retrouver. Aidez votre enfant à:


Page 1

Trouver le bonnet de dormeur, et la couronne de la Reine.

«Dormeur a perdu son bonnet. Peux-tu l’aider à le trouver ?

La méchante Reine a perdu sa couronne. Peux-tu trouver où elle est ?»


Page 2

Trouver le bonnet d’Atchoum, et le chapeau du Prince


Page 3

Trouver le bonnet de Simplet et le bonnet de Timide


Page 4

Trouver le bonnet de Grincheux et le ruban de Blanche-Neige


Page 5

Trouver l’assiette et trouver la chaise.

«Simplet a perdu son assiette. Peux-tu l’aider à la retrouver ?

Blanche-Neige voudrait s’asseoir. Peux-tu lui trouver une chaise ?»


Page 6

Trouver le lit et trouver le peigne.

«Dormeur est très fatigué, peux-tu lui trouver son lit ?

La Reine a perdu son peigne, sais-tu ou il est ?»


Symétrie verticale et horizontale

En haut de l’exercice se trouve l’élément à retrouver, dans le bon sens ; en bas le même élément reproduit 6 fois, une fois dans le bon sens et 5 fois dans le sens opposé (rotation verticale ou horizontale).


Page 7

Symétrie verticale et horizontale de la fourchette et de la tasse.

«Toutes les fourchettes sont bien rangées dans le tiroir, mais Timide en a rangé une dans le mauvais sens. Peux-tu trouver laquelle ?

Toutes les tasses sont placées correctement sur leur sous-tasse, sauf celle de Prof qui est à l’envers. Peux-tu la trouver ?»


Page 8

Symétrie verticale d’une miche de pain et d’une pomme.

«Grincheux et Blanche-Neige ont fabriqué du pain. Ils ont placé les miches brûlantes à l’envers sur la table de la cuisine. L’une d’elles a refroidi et ils l’ont replacé à l’endroit pour en faire des sandwiches pour tout le monde. Peux-tu montrer laquelle c’est ?

Les pommes empoisonnées flottent à l’envers sur l’eau, alors que les bonnes pommes flottent à l’endroit. Peux-tu trouver la bonne pomme ?»

Page 9

rotation d’un peigne et d’une tasse

«Le peigne empoisonné est tombé, peux-tu le trouver ?

Joyeux a suspendu sa tasse, peux-tu la trouver ?»


Page 10

Rotation et symétrie. Aidez votre enfant à trouver l’intrus.

Simplet était tellement préoccupé de savoir quand aurait lieu le dîner qu’il est tombé de sa chaise. Peux-tu la lui retrouver ?

Prof a servi le repas pour tout le monde. Il a mis une carotte dans chaque assiette, toujours à droite, sauf une, peux-tu la retrouver ?


Des exercices similaires utilisant des points braille complètent le livret. Votre enfant pourra s’amuser à reproduire des modèles à la Perkins, expérimentant les combinaisons de touches, et apprenant où regarder pour trouver le caractère qu’il vient juste de taper .

 

Les bêtises de Simplet

Simplet est l’un des 7 nains. Il n’est pas très intelligent et mélange toujours les choses, ou les pose dans le mauvais sens. Simplet a de grandes oreilles. Il n’a pas de barbe comme en ont les autres nains.

Les exercices de ce livret développent la poursuite horizontale. Il y a aussi des jeux d’intrus à retrouver, de symétrie et de rotation.


Page 1

Aidez votre enfant à suivre la ligne de 7 objets identiques alignés pour trouver le nain qui se situe au bout: Timide, Dormeur ou Prof.

«Dans leur maisonnette chacun des nains a un travail différent à accomplir. Timide doit laver toutes les assiettes. Dormeur doit faire tous les lits y compris celui de Blanche-Neige. Prof doit préparer 7 tasses de chocolat chaud, une pour chaque nain.»

Page 2

Aidez votre enfant à suivre les objets alignés pour trouver le nain qui se situe au bout: Simplet, Grincheux ou Joyeux.

«Simplet doit mettre les fourchettes sur la table mais il en oublie toujours une (6 fourchettes alignées), Grincheux met les couteaux (7 couteaux alignés), et Joyeux mange 2 repas, ce qui fait qu’il n’en reste plus que 5 (5 repas alignés).»


Page 3

Aidez votre enfant à suivre les objets alignés. Prononcez tout haut le nom de chaque objet que vous rencontrez.


Page 4

Aidez votre enfant à suivre les séries d’assiettes alignées jusqu’à ce que vous trouviez l’intrus. Dites le nom de l’intrus quand vous le rencontrez.


Page 5

Epiez la Reine! Blanche-Neige sera seule dans la maisonnette toute la journée alors elle doit surveiller la Reine (rangées d’assiettes avec la Reine comme intruse).


Page 6

Trouvez l’intrus. Aidez votre enfant à trouver la carotte, puis la tasse cassée, et enfin le peigne cassé.

«Simplet n’arrête pas de faire des bêtises. Lundi tous les nains ont des petits pois pour le dîner mais Simplet… oh, non! Il a une carotte! Mardi Simplet a cassé l’anse de sa tasse. Mercredi il a peigné ses dents au lieu de ses cheveux et a cassé son peigne.»

Symétrie horizontale et verticale


Page 7

C’est une page d’entraînement et d’observation. 6 paires de symboles montrent la symétrie horizontale et verticale. Assurez-vous que votre enfant comprend bien ces paires avant de poursuivre. Servez-vous de vrais objets et des cartes-symboles pour illustrer ces exercices


Page 8

Trouver l’objet symétrique par rapport aux autres dans la série alignée. Cette page contient des symétries horizontales. Dites à votre enfant de signaler tout haut quand il arrive à l’intrus.

Peux-tu trouver le peigne de Simplet ? Sa tasse ? Sa chaise ?


Page 9

La première ligne avec intrus contient des symétries horizontales, les deux suivantes des symétries verticales.

«Peux-tu trouver le dîner de Simplet ? Sa miche de pain ? Sa pomme ?»


Page 10

C’est une page d’entraînement et d’observation. Elle montre la rotation à 90°. Assurez-vous que votre enfant l’a bien comprise avant de passer à la suite. Servez-vous de vrais objets et des cartes-symboles pour aider à faire comprendre le concept.


Page 11

Suivez la série alignée jusqu’à ce que vous trouviez l’objet tourné.

«Peux-tu trouver la fourchette de Simplet ? Son peigne ? Peux-tu trouver à quel endroit Simplet est tombé de sa chaise ?»


Page 12

Suivez la série alignée jusqu’à ce que vous trouviez l’objet tourné.

«Peux-tu trouver le lit de Simplet ? Sa pomme ? Son dîner ?»


Ce livret se termine avec des exercices utilisant des points braille. Vous pouvez facilement fabriquer vos propres fiches, mais éviter à ce stade de faire référence à des noms de lettres, concentrez-vous sur les intrus à trouver, etc.

 

Joyeuses blagues

Joyeux est l’un des 7 nains. Il est toujours content et aime faire des farces. Joyeux a une bouche qui fait un grand sourire.

Ces exercices développent les compétences de poursuite. Ces pages contiennent aussi du travail de discrimination des textures développent les capacités d’exploration d’une page.

Sur chaque page il y a un personnage à gauche. 3 lignes partent de chaque personnage. Encouragez votre enfant à numéroter ces lignes: la première, la deuxième et la troisième. Assurez-vous que votre enfant suit bien les lignes, sans prendre de raccourci.

La première moitié de ce livret porte sur la poursuite de lignes en creux, et la seconde emprunte les mêmes parcours mais avec des lignes en relief. Autre progression: lignes droites, puis lignes de différentes formes.


Page 1

«Joyeux a fait une blague à Atchoum et a mélangé tous ses mouchoirs. Aide Atchoum à retrouver ses mouchoirs en faisant correspondre la texture de son bonnet à celle de l’un des 3 mouchoirs situés au bout de l’un des 3 chemins possibles.»


Page 2

«Simplet voudrait du pain pour son dîner. Pouvez-vous trouver une assiette, une miche et une chaise pour lui ? Joyeux lui a fait une farce en les cachant.»


Page 3

«Dormeur en a assez des blagues de Joyeux, il a pris son thé et est allé au lit. Peux-tu trouvez son dîner et sa fourchette, et les lui apporter au lit ?»


Page 4

«Grincheux voudrait son dîner. Il a trouvé sa fourchette, mais rien d’autre parce que Joyeux a tout caché. Peux-tu l’aider à trouver son assiette, son couteau et sa tasse ? Dis-le tout haut à Grincheux dès que tu les trouves.»


Page 5

«Joyeux est parti faire les courses. Qu’a-t-il acheté ?»


Page 6

«Le Prince a posé sa couronne sur une chaise pendant qu’il peignait ses cheveux. Peux-tu trouver son peigne, sa couronne et la chaise ?»


Page 7

«Le chasseur est dehors dans la forêt pour toute la journée. Pour son déjeuner il a du pain et des légumes. Peux-tu trouver le couteau dont il aura besoin pour couper sa nourriture ?»


Page 8

«Prof a mis le couvert: assiettes, fourchettes et couteaux. Qu’a-t-il posé en premier sur la table et qu’a-t-il posé en dernier ?»


Page 9

«Blanche-Neige cherche son ruban pour mettre dans les cheveux. Aide-la à le trouver et tiens-la éloignée du poison!»


Page 10

«Qu’est-ce que la Reine garde dans sa chambre ?»

Le livret se termine avec des exercices similaires utilisant des points braille. Les emplacements (symbole de gauche et 3 symboles de droite) sont laissés libres pour que vous inventiez vos propres exercices. Des symboles braille ou des formes peuvent être collés sur des cartes avec de l’adhésif repositionnable au verso, pour vous permettre de varier les positions des objets et de créer vos parcours personnels.

 

Les formules (magiques) de la Reine

La Reine est orgueilleuse et veut être pour toujours la plus belle au monde. Elle est cruelle et tente d’empoisonner Blanche-Neige. Elle a un livre de formules magiques et quand elle prépare ses potions elle dit une formule magique avec une voix caverneuse et effrayante. La Reine porte une couronne pointue.

Ce livret contient les «formules magiques» de la Reine, qui doivent être suivies des doigts tout en les prononçant. Elles utilisent des points braille qui forment des figures (zigzag, escargot, étoile, etc.). Le début de la ligne qui constitue la figure est le texte braille de la formule magique, puis, la ligne continue avec des «é».

Le livret peut être utilisé durant l’histoire, ou pendant ou après l’histoire en guise de récompense. Rendez-le amusant, et laissez courir l’imagination de votre enfant quant aux effets que produisent ces formules.

Ci-dessous les formules anglaises d’origine et des idées de formules françaises pour l’adaptation.

Hocus Pocus Zap! >>> Bougre de rutabaga!

Kazoom!  >>> Tournicotitournicoton!

Alacazam! >>> Alacazam Chazam Chalazam!

Hubble Bubble! >>> Salagadou la magicabou la bibidibabidibou!

Abracadabra! >>> Abracadabri Abracadabra!

Pow! >>> Choubidou choubidou wa!

Fiddle Sticks  >>> Crapeau cuit, crapeau cru!

Zoncky – Wonky! >>> Crac boum hue et yop la boum!

Zowie! >>> Sac de nouilles et sac à banane!

 

Les clés de Blanche-Neige

Blanche-Neige est une jeune fille. Elle est plus belle que la méchante reine qui cherche à l‘empoisonner. Blanche-Neige vit dans une petite maison avec les 7 nains jusqu’à ce qu’elle se marie avec le Prince charmant. Blanche-Neige porte un ruban dans les cheveux.

Ceci est un livret de poursuite de lignes de niveau «avancé». L’enfant doit trouver son parcours à partir d’un symbole: la clé, tournée dans la direction qu’il faut prendre jusqu’à la prochaine clé. Au fur et à mesure de la progression, l’écart entre les clés est de plus en plus grand, et les clés sont de plus en plus petites. L’exercice final est très difficile, et tous les enfants n’y arriveront pas forcément.

«Voici la clé de la porte. Quand nous serons partis tu devras fermer la porte, et n’ouvrir à personne.»


Page 1

Un large symbole de clé. Explorez-le avec l’enfant, en le comparant avec une clé réelle. Il sera demandé à l’enfant de suivre le bord de la clé depuis la partie ronde jusqu’à la partie pointue. Celle-ci lui indiquera la direction à prendre.


Page 2

La Reine arrive! Blanche-Neige doit fermer la porte (guidez la main de votre enfant vers la première clé, faites-lui suivre la direction indiquée par le bout pointu jusqu’à la clé suivante, jusqu’au bout de la première ligne. Là, la direction de la clé change. Amenez-le à suivre cette nouvelle clé. Au début il aura besoin d’aide. Continuez jusqu’à atteindre la serrure et enfermez la Reine au dehors!).


Page 3

Maintenant l’écart entre les clés est plus grand.


Page 4

Ici un long suivi de direction doit être maintenu sans points pour guider.


Page 5

Maintenant les clés sont devenues plus petites, et une ligne diagonale a été introduite.

«Les nains sont de retour! Vite! Fais-les entrer!»


Page 6

Une page difficile. Un large suivi horizontal, et une longue diagonale.


Page 7

Les clés sont devenues très petites, mais avec un toucher léger et une bonne attention l’exercice peut être complété. L’orientation change à mi-parcours tout au long de l’exercice.


Page 8

Un exercice complexe et exigeant pour finir le livret. Blanche-Neige doit courir à travers toute la maison pour atteindre la serrure.

 

Grincheux râle: «ferme la porte!»

Grincheux est l’un des 7 nains. Il est toujours de très mauvaise humeur et ronchon avec les autres nains. Grincheux a une bouche en colère qui descend vers le bas.

Ici, il y a 3 pages d’exercices de clés et de poursuite. Faites suivre à l’enfant la ligne en partant de Grincheux jusqu’à ce qu’il trouve la clé ; là, il râle «ferme la porte!» et sa main droite cours chercher la serrure tandis que la main gauche reste sur place. «Grincheux à horreur d’être dans les courants d’air. Si quelqu’un laisse la porte ouverte il râle «ferme la porte!» et le nain doit courir aussi vite qu’il le peut pour fermer la porte sinon Grincheux sera de mauvaise humeur toute la journée.»

Cette partie du livret se termine avec des exercices similaires utilisant des points braille.

 

Les ronflements de Dormeur

Dormeur est l’un des 7 nains. Il est toujours fatigué et veut aller au lit. La bouche de Dormeur est comme un gros rond parce qu’il baille.

2 pages d’exercices de poursuite.

Sur la 1ère page il y a des lignes de Z qui constituent des chemins de différentes formes. Parlez avec l’enfant de la lettre imprimée Z, de comment elle est employée pour représenter le ronflement, et prononcez le son «ZZZZZZZZZZZ» avec l’enfant.

«Trouve Dormeur. Dormeur est tellement fatigué qu’il s’est endormi et qu’il ronfle.»

Sur la 2ème page apparaît le lit de Dormeur à la fin de la ligne. Les autres nains disent à Dormeur d’aller au lit pour dormir.

 

La valse hésitation de Timide

Timide est l’un des 7 nains. Il est très timide et est amoureux de Blanche-Neige. Timide a un petit sourire timide sur son visage.

Ces exercices sont conçus pour développer le toucher léger. Le relief des formes et des symboles est plus ou moins appuyé.


Page 1

Les battements de cœur de Timide.

«Timide est amoureux de Blanche-Neige. Quand il la rencontre, son cœur se met à battre de plus en plus fort. Quand tu sens que son cœur se met à battre retourne en arrière et trouve la ligne suivante.»


Page 2

«Timide est amoureux de Blanche-Neige. Quand Blanche-Neige arrive dans la pièce, il commence à rougir et son visage devient très chaud. Il est tellement gêné qu’il court pour se cacher. Quand tu sens que le visage de Timide commence à rougir, retourne en arrière et trouve la ligne suivante.»

Parlez avec votre enfant du rougissement.


Page 3

«Le chasseur se promène dans la forêt. Sens-tu la forêt devenir de plus en plus épaisse ?»


Page 4

«La tasse de chocolat chaud de Timide refroidit pendant qu’il reste assis à rêver de Blanche-Neige. Sens-tu qu’elle devient de plus en plus froide ?»


 

III  BLANCHE NEIGE ET LES 7 NAINS


Il était une fois, au beau milieu de l’hiver, alors que les flocons de neige tombaient du ciel comme du duvet, une reine qui cousait, assise près d’une fenêtre encadrée de bois d’ébène.

Et tandis qu’elle cousait et regardait neiger dehors, elle se piqua le doigt avec son aiguille et 3 gouttes de sang tombèrent sur la neige. Alors elle se dit:

«Ah, si j’avais un enfant aussi doux que la neige, aussi chaud que le sang et aussi lisse que le bois de cette fenêtre, je serais la plus heureuse du pays»

>>> exploration de l’image de la reine

Peu après, elle eut une petite fille aussi douce que la neige, aussi chaude que le sang et aussi lisse que le bois d’ébène. On l’appela Blanche Neige, et tout le monde l’aimait.

>>> exploration de l’image de la Blanche-Neige

Mais quand l’enfant fut née, la reine mourut.

Le roi pris une autre femme, très belle, mais très fière et orgueilleuse.

Elle avait un miroir magique et s’y contemplait chaque matin en disant:

«Miroir, mon beau miroir, dis-moi quelle est la plus belle de tout le pays!»

Et le miroir répondait:

«Madame la reine, vous êtes la plus belle de tout le pays.»

Alors elle était contente, car elle savait que le miroir disait la vérité.

>>> jeu du miroir à relier avec la reine en disant «miroir, mon beau miroir…»

En grandissant, Blanche-Neige devenait plus belle de jour en jour.

Et un matin que la reine demandait au miroir:

«Miroir, mon beau miroir, dis-moi quelle est la plus belle de tout le pays!»

Le miroir répondit:

«Madame la reine, vous êtes très belle mais Blanche-Neige est plus belle que vous»

>>> jeu du miroir à relier avec Blanche-Neige en disant «miroir, mon beau miroir…»

En entendant cela, la reine fut folle de jalousie. Son cœur devint aussi froid et dur qu’un bloc de glace. Elle fit venir un chasseur et lui dit:

«Je ne veux plus voir cette enfant, emmène-là dans la forêt et abandonne-la.»

>>> jeu du chasseur à suivre dans la forêt

Et Blanche-Neige se retrouva seule dans l’immense forêt, elle avait très peur et se mit à courir. Pendant toute une journée, elle courut sur les cailloux pointus et à travers les ronces piquantes. Elle courut dans un chemin tout droit, puis dans un chemin sinueux, puis dans un chemin en zigzag, jusqu’à ce qu’elle arrive, fatiguée et affamée, jusqu’à une toute petite maison.

>>> jeu de Blanche-Neige à suivre dans le chemin droit, puis le chemin sinueux, puis le chemin en zigzag, jusqu’à la petite maison.

Blanche-Neige cogna à la porte mais personne ne répondit, alors elle entra et regarda autour d’elle. Dans une pièce, il y avait une petite table avec 7 petites chaises. Sur la table, il y avait 7 petites assiettes, 7 petits couteaux, 7 petites fourchettes, et 7 petits gobelets. Il y avait aussi du pain, des légumes et du jus de fruit: le repas était prêt.

Dans une autre pièce, il y avaient 7 petits lits alignés, bien faits, avec de beaux draps frais.

>>> jeu des lignes à suivre pour que Blanche-Neige découvre toutes ces choses.

Blanche-Neige avait terriblement faim et soif. Elle s’assit pour se reposer sur la première petite chaise, et mangea un peu de pain dans la deuxième petite assiette. Elle but du jus de fruit dans le troisième petit gobelet et mangea un peu de légumes dans la quatrième petite assiette. Elle se servit de la cinquième petite fourchette pour manger encore un peu de légumes et utilisa le sixième petit couteau pour se couper une autre tranche de pain. Puis, elle était tellement fatiguée qu’elle se laissa tomber sur le septième petit lit et s’endormit immédiatement.

>>> jeu des chemins à suivre pour aider Blanche-Neige à trouver ces objets dans la maison.

La maisonnette appartenait à 7 nains. Chaque jour ils y prenaient leur petit-déjeuner, puis partaient marcher le long du chemin à travers la forêt jusqu’à la mine pour y extraire de l’or.

>>> jeu du chemin que suivent les nains de la maison vers la mine.

Ils travaillaient dur toute la journée et, la nuit tombée, reprenait le long chemin vers la maison, fatigués et prêts à dîner.

>>> jeu du chemin que suivent les nains de la mine vers la maison.

Le premier nain n’était pas très intelligent; il s’appelait Simplet.

Le deuxième nain était toujours fatigué; c’était Dormeur.

Le troisième nain passait son temps à ronchonner; on l’avait baptisé Grincheux.

La quatrième nain était toujours enrhumé et s’appelait Atchoum.

Le cinquième nain était toujours de bonne humeur. Il se nommait Joyeux.

Le sixième nain était très intelligent. Son nom était le Prof.

Le septième nain était plutôt craintif. Il s’appelait Timide.

>>> exploration des images de chaque nain.

Blanche-neige dormait si profondément qu’elle n’entendit pas rentrer les nains.

Les 7 nains virent tout de suite que quelqu’un était entré dans leur maison.

«Qui s’est assis sur ma chaise?» dit doucement le premier nain en se grattant l’oreille.

«Qui a mangé dans mon assiette?» bailla le deuxième.

«Quelqu’un a bu dans mon verre!» grommela le troisième.

«Qui a mangé mes légumes? » dit le quatrième entre 2 éternuements.

« Qui a piqué avec ma fourchette?» chantonna le cinquième nain.

« Qui a coupé avec mon couteau?» dit le sixième pensivement.

Quand le septième nain regarda son lit, il y trouva Blanche-Neige allongée, endormie. Son cœur se mit à battre plus vite quand il vit combien elle était belle.

>>> jeu pour aider les nains à trouver ce que Blanche-Neige a déplacé.

Tous les nains virent à quel point Blanche-Neige était fatiguée, alors ils la laissèrent dormir pendant leur dîner.

Quand Blanche-Neige se réveilla, ils lui demandèrent:

- «Comment t’appelles-tu?»

- «Je m’appelle Blanche-Neige», répondit-elle.

- «Comment es-tu venue chez nous?»

Elle leur raconta tout: la méchante reine jalouse, le miroir magique, comment le chasseur l’avait abandonnée dans la forêt… Les nains écoutèrent attentivement comment elle avait couru toute la journée, sur les cailloux pointus, çà travers les ronces piquantes, le long du chemin tout droit, puis sur le chemin sinueux, puis sur le chemin en zigzag, jusqu’à ce qu’elle trouve enfin leur petite maison.

>>> pour aider Blanche-Neige a expliquer: jeu de Blanche-Neige à suivre dans le chemin droit, puis le chemin sinueux, puis le chemin en zigzag, jusqu’à la petite maison.

Les nains lui dirent: «si tu veux bien faire le ménage dans notre maison, cuisiner, coudre et faire les lits, alors tu peux rester ici. Nous passons toute la journée à travailler dur pour extraire l’or de la mine, alors nous serions ravis que tu t’occupes bien de nous.»

>>> jeu du chemin que suivent les nains de la maison vers la mine.

«Tu seras seule toute la journée dans la maison, si la reine te trouvait, elle pourrait encore te faire du mal.»

>>> jeu du chemin à suivre pour aller de Blanche-Neige à la reine.

«Voici la clé de la maison. Quand nous serons partis, tu devras laisser la porte fermée et ne laisser entrer personne.»

>>> jeu de la clé qui doit trouver la serrure

Au palais, la méchante reine espérait que Blanche-Neige avait été dévorée par les loups dans la forêt; Elle se plaça devant son miroir magique et demanda:»Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle du pays?»

Le miroir répondit aussitôt:»Madame, vous êtes très belle, mais Blanche-Neige, qui habite chez les nains, est encore plus belle que vous.»

>>> jeu du miroir à relier avec Blanche-Neige en disant «miroir, mon beau miroir…»

A ces mots, la reine frémit et entra dans une fureur terrible. Elle savait maintenant que Blanche-Neige était encore en vie et qu’elle se cachait chez les 7 nains. Elle inventa un nouveau moyen de se débarrasser d’elle pour toujours. Elle s’enferma dans sa chambre secrète et, en prononçant des formules magiques, fabriqua un peigne empoisonné.

>>> jeu des différentes formules magiques

Puis elle se déguisa en paysanne pour que personne ne la reconnaisse. Elle mit le peigne empoisonné dans un panier au milieu d’autres peignes. Elle était sûre que son plan marcherait.

Elle arriva bientôt à la maison des nains. Elle frappa à la porte et prit une voix de paysanne: «ouvrez la porte et venez voir. Je suis une paysanne et j’ai de jolies choses à vendre!»

Blanche-Neige était curieuse de savoir ce que la paysanne avait à vendre. Elle entr'ouvra la fenêtre, juste un peu, pour lui parler.

- «Qu’avez-vous dans votre panier?», demanda-t-elle.

- «De beaux peignes, dit la paysanne et elle en tendit un à Blanche-Neige pour lui montrer.

- «Voudriez-vous celui-ci?» et elle lui tendit le peigne empoisonné.

- «Oh oui! Sil vous plait», répondit Blanche-Neige; elle ouvrit la porte et acheta le peigne empoisonné.

>>> jeu de la clé qui doit trouver la serrure

- «laissez-moi peigner vos jolis cheveux», proposa la paysanne. Elle avait à peine enfoncé le peigne dans les cheveux de Blanche-Neige que celle-ci tomba par terre comme morte.

Certaine que cette fois, son plan avait marché, la reine sourit et se dépêcha de rentrer au palais.

>>> jeu du peigne empoisonné à trouver parmi les autres peignes

Les nains arrivèrent juste à temps. Ils comprirent ce qui s’était passé et retirèrent vite le peigne des cheveux de Blanche-Neige. Blanche-Neige ouvrit doucement les yeux et leur raconta comment elle s’était fait avoir. Elle promit aux nains de laisser désormais la porte fermée à clé et de ne plus ouvrir à personne.

La reine remit ses beaux vêtements et se précipita devant son miroir magique:

»Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle du pays?»

Le miroir répondit aussitôt:»Madame, vous êtes très belle, mais Blanche-Neige, qui habite chez les nains, est encore plus belle que vous.»

>>> jeu du miroir à relier avec Blanche-Neige en disant «miroir, mon beau miroir…»

La reine se mit à trembler de colère. Elle courut s’enfermer dans sa chambre secrète, là où même le roi n’avait pas le droit d’entrer. Elle resta longtemps dans la chambre, à prononcer des formules magiques pour fabriquer une pomme empoisonnée.

>>> jeu des différentes formules magiques

Puis, elle se déguisa en vieille femme et retourna en courant cogner à la porte de la maison des nains.

- «Qui est là?», demanda Blanche-Neige.

- «Je suis une pauvre vieille femme qui vend des pommes», répondit la reine en prenant une voix de très vieille femme. «Ouvrez la porte et je vous laisserez choisir une pomme»

- «Je ne dois laisser entrer personne», dit Blanche-Neige.

- «Eh bien, viens à la fenêtre, si tu as peur. Je couperai une pomme en deux et nous pourrons la partager. J’en ai une très belle ici, tu pourras avoir la moitié qui a une superbe peau bien lisse. Ouvre la fenêtre et je te la passerai» dit gentiment la vendeuse.

Cette fois, le sort était si astucieux que seule la moitié lisse de la pomme était empoisonnée. Blanche-Neige ouvrit la fenêtre, juste un tout petit peu. Lorsque la vieille femme mordit dans sa moitié de pomme, une délicieuse odeur fruitée arriva au nez de Blanche-Neige, qui commença à saliver. Elle saisit la moitié de pomme que lui tendait la vieille femme et mordit dedans avec gourmandise. Aussitôt, elle tomba inanimée sur le sol.

>>> jeu de la pomme empoisonnée à trouver parmi les autres pommes

La méchante reine était ravie que son plan ait si bien marché. Elle retourna bien vite au palais interroger son miroir magique:

«Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle du pays?»

Le miroir répondit enfin:»Madame la reine, vous êtes la plus belle du pays»

>>> jeu du miroir à relier avec la reine en disant «miroir, mon beau miroir…»

La reine fut alors très heureuse, certaine que Blanche-Neige était morte.

Ce soir-là, quand les 7 nains rentrèrent chez eux après une dure journée à la mine, ils attendaient avec impatience leur dîner.

>>> jeu du chemin que suivent les nains de la mine vers la maison.

Ils furent horrifiés de trouver Blanche-Neige couchée par terre devant la fenêtre ouverte, devinant qu’on lui avait à nouveau jeté un mauvais sort. Chacun leur tour, les nains essayèrent de la réveiller, mais il n’y avait rien à faire. Ils se mirent à pleurer, pleurer, pleurer… et les larmes coulaient tellement sur leurs joues qu’en tombant au sol, elles formaient une piscine.

«Nous allons lui fabriquer un magnifique lit pour qu’elle se repose» décidèrent-ils et chacun d’eux travailla très dur toute la nuit et la journée qui suivit. Le lit était fait de verre lisse, et le matelas était chaud et moelleux. Les nains gravèrent le nom de Blanche-Neige en grosses lettres à la tête du lit.

>>> exploration du nom de Blanche-Neige en grosses lettres.

Doucement, ils couchèrent Blanche-Neige sur le lit et elle resta là, très belle mais inerte et sans vie. Elle n’avait pas du tout changé, toujours chaude comme le sang, lisse comme l’ébène et douce comme la neige.

Un jour, un jeune prince arriva à la maison des nains et demanda l’asile pour la nuit. Il s’était perdu dans la forêt, il avait faim et sommeil.

>>> exploration de l’image du prince.

Dès qu’il pénétra dans la petite maison, il vit Blanche-Neige reposant dans le lit de verre et lut son nom.

«Comme elle est belle» dit-il.

«S’il vous plait, laissez-moi l’emmener dans mon château, pour que je puisse contempler à loisir son joli visage. Je suis tombé amoureux d’elle et, si elle se réveille, je la demanderai en mariage.»

Les nains aidèrent le prince à porter Blanche-Neige sur son beau lit à travers la forêt jusqu’à son château. Lentement, tour à tour, ils firent le chemin sur les cailloux pointus, à travers les ronces piquantes, sur le chemin tout droit, sur le chemin sinueux, sur le chemin en zigzag.

En arrivant près du château, Simplet buta sur un terrier de lapin , ce qui fit sauter le lit.

Le morceau de pomme resté coincé depuis longtemps dans la gorge de Blanche-Neige jaillit brutalement de sa bouche. Elle se mit alors à boucher, puis à ouvrir lentement les yeux.

Bientôt, elle fut complètement réveillée et sauta au bas du lit. Elle aida Simplet à se relever, puis embrassa les nains chacun leur tour. Elle courut enfin vers le prince, fou de joie que sa bien-aimée soit réveillée.

Même Grincheux souriait quand Blanche-Neige et le prince se prirent par la main pour danser ensemble dans le château.

>>> exploration de l’image de Blanche-Neige avec le prince.

Le jour suivant, ils se marièrent. Une somptueuse fête fut donnée, avec les 7 nains comme invités d’honneur. Tout le monde aimait Blanche-Neige et son prince charmant, et ils vécurent heureux pour toujours.

 

ϟ

Traduction du manuel d'utilisation du kit de pré-braille anglais "Feeling ready to read" basé sur l'histoire de Blanche-Neige. Même si l'on ne possède pas ce kit, les exercices sont décrits de manière suffisamment précise pour que l'on comprenne bien en quoi consistent les pré-requis du braille et que l'on puisse réaliser soi-même des supports similaires.

in  http://www.enfant-aveugle.com/
 

Δ

14-Jun-09
publicado por MJA